La ferme de Libat

Production :

  • Poulets prêts à cuire
  • Conserves de poulet aux oignons, poulet en gelée
  • Légumes plein champs pour AMAP locales

Coordonnées :

La ferme de Libat
40300 Pey

lafermedelibat@orange.fr

Lieux de vente :

  • Magasin Biotinel
  • AMAP
  • A la ferme, sur commande par mail
  • Des visites sont organisées à la ferme. Les dates sont communiquées aux AMAP

Activités :

La ferme de Libat est une ferme familiale convertie en bio en 1998, située à trois cents mètres des Barthes de l’Adour. Les Barthes sont des zones qui subissent l’influence des marées. Terrain humide et riche par excellence, il est utilisé pour les pâturages. Les Barthes accueillent de nombreux oiseaux migrateurs ; on peut y observer les cigognes qui nichent durant la saison chaude.

Dominque et Fabienne Labescau ont alors restructuré entièrement l’exploitation. Cette démarche leur a permis de modifier les pratiques d’élevage, et d’y intégrer les cultures permettant de nourrir les poulets, tout en privilégiant la vente locale. Le bio, dit Dominique, c’est nourrir et ne pas empoisonner.

L’élevage des poulets (organisme certificateur ECOCERT) :

L’habitat : cinq cabanes abritent les poulets de plusieurs âges . Les cabanes étant mobiles, les poulets vivent dans des endroits propres et sains. Deux sont en vide sanitaire, ce qui laisse du temps pour les laver et les déplacer.

La première, une couveuse chauffée, accueille six cent poussins toutes les cinq semaines. Sur une litière sèche et propre, protégés des courants d’air, les poussins poursuivent leur croissance jusqu’à trois semaines. Ce stade est le plus important, car il détermine la bonne santé future du poulet. La surveillance est un facteur essentiel.

Puis, ils gagnent les parcours dans une autre cabane, à partir de laquelle ils peuvent librement aller et venir au-dehors, sur un terrain ombragé . Ils vivront là jusqu’à au moins quinze semaines, date à laquelle débute l’abattage . Il s’effectue à la ferme, dans une salle agréée par les services vétérinaires . Le choix de ne pas agrandir la densité de l’élevage est délibéré  afin de préserver le bien-être des animaux.

L’alimentation : l’alimentation est majoritairement à base de maïs produit à la ferme. Vint cinq pour cent de la nourriture est achetée dans le but d’apporter des protéines, mais l’objectif à court terme est de devenir autonome.

La santé : du bon sens et de la propreté, c’est, selon Dominique, la raison de la bonne santé de ses poulets. De l’eau potable à volonté, de la nourriture de bonne qualité, et la liberté d’aller et venir sous les arbres frais confèrent un renforcement naturel de leur immunité. De fait, les traitements sont constitués de vermifuge à base d’ail à 6 semaines, et selon les cas, de soins homéopatiques ou de cures de vinaigre de cidre. Les pertes sont dues principalement aux prédateurs (oiseaux de proie, renards) et aux chiens errants.

Les cultures : sont produits sur l’exploitation : du maïs, du triticale, du soja, des féveroles, du tournesol et de l’avoine. Ces cultures servent en priorité à l’alimentation des poulets, la paille sert aux litières. Dix hectares de foin complètent l’assolement.

Les légumes sont destinés aux AMAP locales.

Les projets :

Viser l’autonomie totale en matière d’alimentation des poulets.

Pourquoi Biotinel ?

Biotinel est un espace de vente qui, par le regroupement de producteurs, permet de maîtriser la distribution, autorisant ainsi le meilleur rapport qualité/prix pour le consommateur. D’autre part, le système de coopérative présente un aspect plus humain. Il apporte un épanouissement de la personne et la valorisation du métier. Il mutualise les efforts, au lieu de favoriser la compétition.

Le magasin Biotinel permet de prendre en main la distribution, et présente l’avantage d’avoir la possibilité d’expliquer au client l’histoire du produit.